Afrique [exclu] CHAN 2018: Sebastien Migné, « le Congo, c’est une aventure humaine »

Avant le quart de finale du Congo face à la Libye au CHAN 2018, nous nous sommes posés avec Sebastien Migné, le sélectionneur des Diables rouges. S’il présente une casquette de superviseur de l’équipe locale au Maroc, l’ancien adjoint de Claude Le Roy n’est pas étranger au bon parcours du Congo.

On vous sent très présent autour de cette équipe du Congo version CHAN. Pouvez-vous nous préciser votre rôle ?

J’ai un rôle de conseiller auprès de l’équipe et du staff, ce dernier étant quasi identique à celui de l’équipe nationale A. Dès mon arrivée, les divers objectifs étaient de régénérer notre équipe A’ en remodelant notre effectif et en le rajeunissant quelque peu mais aussi de restimuler notre football local tant il se trouvait en difficulté…. Que ce soit en terme de résultats de nos clubs sur l’échelle continentale mais également par la mise en sommeil du centre technique national depuis 2 saisons.

Concernant l’équipe du CHAN, j’ai d’abord effectué des rassemblements une fois par semaine pour les joueurs évoluant sur Brazzaville. J’en profite d’ailleurs ici pour remercier les entraîneurs des clubs qui ont toujours accepté de libérer leurs joueurs. Puis le championnat terminé, afin de ne pas perdre le rythme de la compétition, j’ai décidé de rassembler tous les garçons pressentis pour ce tournoi 5 fois par semaine tous les matins. Il faut noter l’investissement des garçons qui marquant leur motivation se sont débrouillés pour leur logement. Ce groupe est formidable et ambitieux. C’est du reste une véritable aventure humaine… Mon épouse ayant elle aussi mis la main à la pâte en faisant en sorte que nous ayons des chasubles d’entraînement propres tous les matins.

Une fois le projet collectif lancé, Ngatsono a repris le relais. Je reste cependant présent sur le terrain où en dehors pour apporter ma contribution au fonctionnement de cette équipe et son staff.

Quelles sont vos relations avec Ngatsono ?

Certainement imprégné du travail réalisé auprès de Claude Le Roy durant 9 ans, j’ai compris à ses côtés que nous entraîneurs expatriés nous avons un devoir de transmission. Nous sommes des « passeurs »et il me paraît naturel que mon adjoint local soit mis à l’honneur et puisse à son tour mettre en application les orientations de travail prédéfinies en amont, ce avec sa propre sensibilité.

Dans ma philosophie de management d’équipe, un cadre de son organisation est élaboré au départ, ds lequel les joueurs pourront s’exprimer librement. Il en est de même pour Barthélémy qui peut pleinement le faire avec son équipe tout en s’inscrivant dans un projet global devant remettre le football congolais sur le bon chemin. Nous échangeons donc en permanence afin ensemble avec tout le staff pour faire progresser nos équipes A ou A’.

On attendait pas vraiment le Congo en 1/4 du CHAN 2018, comment l’expliquez vous ?

D’abord par l’histoire commune et humaine expliquée dans les questions précédentes. Des liens forts et indélébiles ont été créés…. Maintenant, ça ne suffit pas… Il y a énormément de travail derrière notre réussite. Si par certains côtés, la culture de l’urgence est bien présente en Afrique, nous avons quand même essayé de préparer au mieux cette compétition en multipliant les matchs amicaux depuis des mois. Depuis notre qualification contre le vainqueur sortant, la RD Congo, nous nous disions secrètement qu’en bossant bien nous aurions notre mot à dire dans une poule certes compliquée mais assez homogène.

Quelles sont les forces de cette équipe ?

Jusqu’à présent, notre assise défensive. Mais toute l’équipe doit être concernée par cet aspect du jeu, même nos attaquants. Le rôle de Barel Mouko (gardien) est dans ce registre prépondérant. Son retour plutôt commenté au départ prend tout son sens aujourd’hui. On peut voir combien il est précieux et un formidable relais pour le staff.

Jusqu’à lors notre organisation sur coups de pied arrêtés offensifs ou défensifs est un point fort mais le foot étant une éternelle école d’humilité, nous devons rester concentrés et vigilants lors du prochain match. Si nous conservons notre état d’esprit, nous pourrons encore ennuyer des équipes… Mais c’est si fragile que nous devons veiller en permanence au bon fonctionnement de la vie du groupe.

Quelles sont les révélations de votre effectif?

Même si je n’aime pas mettre en avant un joueur plutôt qu’un autre…. Incontestablement les prestations de nos 2 jeunes Kibamba et Mboungou interpellent le sélectionneur que je suis. La qualité de leurs prestations associée à leurs attitudes démontrent qu’ils peuvent être de sérieux prétendants à l’équipe nationale à l’avenir. Ils doivent maintenant répéter ce type de prestations lors de match décisif et puis par la suite au niveau au-dessus en professionnel ou chez les A….. Il y a encore un pallier à franchir mais s’ils ne se perdent pas ils semblent être sur le bon chemin. Si leur chemin pouvait passer par un CHAN abouti avec une médaille en récompense, ce serait parfait.

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com