COMMUNIQUE SECU : « Monopole : le cauchemar se termine ! »

Il y a six mois jour pour jour éclatait la crise des gilets jaunes. Six mois de manifestations et de répression, six mois de bavardage présidentiel, six mois sans solutions.

Cette crise était facile à prévoir. Plus de 20 millions de Français se sentent laissés pour compte et n’ont plus d’espoir pour l’avenir. Une étincelle a tout embrasé.

D’interminables débats médiatiques n’ont apporté aucune lumière sur les causes profondes de la crise et encore moins sur les solutions à mettre en œuvre.

Répétons donc ce que nous disons depuis des années. La France vit encore dans des structures vieilles de trois quarts de siècle. La plus nuisible d’entre elles est la Sécurité sociale, qui mine l’économie du pays et l’empêche de s’adapter aux conditions modernes de production.

Le chômage de masse qui frappe la France depuis des décennies n’a pas d’autre cause. Non plus que le sentiment de délaissement d’un nombre sans cesse croissant de nos compatriotes.

Une chance s’était offerte à notre pays : l’Europe, et sa politique de concurrence qui allait libérer la France de ses chaînes collectivistes. En 1986, le traité dit de l’Acte unique avait fixé la date de la libération au 1er janvier 1993, où devait voir le jour un espace européen sans frontières intérieures, où les hommes, les produits et les services pourraient circuler librement.

La condition était évidemment que les systèmes sociaux des Etats membres ne fassent plus obstacle à cette liberté et abandonnent donc leur monopole. Tous y étaient prêts … sauf la France, qui a fini –grâce à notre action – par transposer dans son droit national les directives libératrices de 1992, mais s’est refusée depuis à les appliquer, réduisant à néant le grand élan réformateur qui devait donner à l’Union européenne toutes ses chances dans la compétition internationale.

On ne fustigera jamais assez les politiciens français et la haute administration nationale pour le véritable crime qu’ils ont commis contre les 500 millions d’Européens. La crise qui déchire aujourd’hui l’Union est leur œuvre. Et ils n’ont fait cela que pour sauver la Sécu ! Cette Sécu dont le général de Gaulle disait qu’elle n’avait d’intérêt que pour un million de pauvres types ! Et nous voilà avec notre Sécu vouée à la faillite et la construction européenne en loques.

Heureusement, nous n’avons jamais baissé les bras et le cauchemar se termine. La justice française a jugé que les personnes assurées par des assurances privées dans un pays autre que celui de leur résidence relèvent du règlement européen de 1984 sur la coordination des systèmes de sécurité sociale, autrement dit sont dans la même situation que les personnes qui ont exercé leur droit à la libre circulation.

Par un arrêt du 14 mars dernier, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a confirmé ces dispositions.

Il ne reste plus qu’à informer les Français de ce droit enfin acquis après plus de 25 ans de combat du MLPS et à les persuader que la cage où ils sont prisonniers vient enfin de s’ouvrir.

Ne comptons pas, pour cela, sur les partis politiques. Ils ont partie liée avec le système de 1945 et savent qu’ils vont disparaître avec lui. Ne comptons pas non plus sur les médias mainstream, qui obéissent aux mêmes règles. Comptons sur nous-mêmes, sur l’intelligence du peuple, et sur ce qu’il reste d’hommes et de femmes libres dans notre pays.

Pour Schopenhauer, « toute vérité franchit trois étapes. Tout d’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition, Puis elle est considérée comme ayant toujours été évidente ».

Je m’attends à rencontrer prochainement de nombreux Français qui se flatteront d’avoir toujours combattu le monopole !

Claude Reichman

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.