Cameroun Mondher Kebaier (Tunisie) : « Nous sommes qualifiés, c’est l’essentiel »



La Tunisie a perdu jeudi à Limbe pour la  deuxième fois en trois sorties dans le groupe F. Ce qui ne l’empêche d’obtenir son ticket pour huitièmes de finales. En conférence de presse,  le sélectionneur  des Aigles de Carthage Mondher Kebaier déplore un manque de chance avec notamment ces trois penalties manqués par trois joueurs différents. Se projetant sur le huitième de finale contre le Nigeria dimanche prochain, le technicien se montre confiant.

Journaliste – Le match d’aujourd’hui entre votre équipe et celle de Gambie était très difficile. Quelles sont vos impressions à la fin de cette partie ? Que pensez-vous de la prestation de l’équipe de Gambie  ce soir ?

On le savait avant de jouer que ce serait un match compliqué, contre une équipe accrocheuse qui opte pour un bloc bas. Nous nous sommes préparés pour trouver les meilleures solutions afin de faire la différence. Au niveau  la première période, la possession de la balle était pour la Tunisie, mais nous avons créé pas mal de situations intéressantes : un penalty raté qui s’il avait été transformé aurait obligé la Gambie à sortir et laisser un peu d’espace. A ce moment-là, nous aurions pu placer quelques attaques rapides et même quelques contres pour marquer peut-être le deuxième but. Nous n’avons pas su concrétiser ce troisième penalty au cours du tournoi dans la même cage. Ce qui a compliqué les choses en deuxième mi-temps. Nous avons forcé, tenté beaucoup de choses,  nous avons pris des risques. Comme nous n’avons pas su faire la différence, automatiquement nous avons laissé des espaces pour des contres à l’adversaire. Ce qui lui  a permis de marquer un but. Maintenant, nous sommes qualifiés pour les huitièmes de finale. On va se préparer pour le match suivant.

Journaliste – Avant même que le coup d’envoi du match Gambie-Tunisie soit donné, vous étiez déjà qualifié  au regard des résultats précédents. Qu’est-ce qui vous faisait tempêter au niveau du banc de  touche sachant que vous êtes même déjà en huitièmes de finale. Vous avez eu un carton rouge. Est-ce que ce ne sera pas préjudiciable pour la suite ?   

Pour le premier carton, j’étais à un mètre de la surface technique. Je n’ai pas vu la ligne. L’arbitre a pris la décision de me donner un carton jaune. Pour le deuxième carton, j’ai dit qu’on n’a pas à disputer un duel avec les épaules. J’ai montré ce geste-là à l’arbitre, malheureusement, il a pris la décision de me donner le deuxième carton jaune synonyme d’expulsion. Nous sommes un staff. Je serai dans les vestiaires, dans les tribunes pour donner les consignes. Nous serons prêts pour les huitièmes de finale Inchallah.

Journaliste – J’ai envie de dire qu’on n’a pas reconnu véritablement la Tunisie qu’on a l’habitude d’apprécier lors des compétitions. C’est une qualification assez difficile pour le second tour. Qu’est- ce qui n’a véritablement pas marché pour cette entame de la compétition et quelles sont les leçons que vous tirez pour la suite parce que devant, vous n’aurez pas autant de possibilités ?  

C’est simple et clair que ce qui n’a pas marché au niveau de ces trois matches ce sont les opportunités faciles d’arriver à faire la différence. Je l’ai dit que sur trois matches, nous ratons trois penalties avec trois joueurs différents. Un arbitre qui siffle la fin du match à la 85ème minute alors que notre adversaire du premier match le Mali joue à dix à  ce moment-là. Et on n’a joué que 89 minutes. Lors du deuxième match, nous avons fait le nécessaire au niveau de la prestation et du résultat.  Nous rentrons dans le troisième math avec beaucoup  d’envie, de détermination malgré un groupe réduit à 14 joueurs sains. On a fait le nécessaire au niveau de la création des opportunités, mais nous n’étions pas chanceux. Vous pouvez faire une première phase très réussie en ramenant 6 ou 7 points et après jouer des matches de coupe ou vous sortez en huitièmes de finale. Nous sommes qualifiés, c’est l’essentiel. Si on veut aller loin le plus loin possible, il faut aborder les matches un par un et être confiant que nous avons nos chances intactes pour passer en quarts de finale.

Journaliste – Comment appréhendez-vous le match  contre le Nigeria ?

C’est vrai que l’équipe nigériane a réalisé de belles prestations au premier tour. On le savait bien avant  la compétition qu’elle faisait partie des favoris pour le titre. C’est à nous de bien nous préparer pour ce match-là.  C’est match de Coupe. Nos chances sont intactes. Il faut se concentrer petit à petit pour aborder ce match-là avec le maximum de confiance possible, faire le nécessaire pour se qualifier.

 Propos recueillis par notre correspondant au Cameroun, Pierre Arnaud NTCHAPDA

 

 


Articles récents