Afrique Cameroun : Samuel Eto’o va lancer la traque aux fossoyeurs des fonds de la Fecafoot



Mandat lui a été donné à l’issue de la session ordinaire de l’assemblée générale de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), tenue à Douala le 27 août dernier.

 

Tous ceux qui ont touché indument un copeck de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), n’ont qu’à bien se tenir. Le 27 août dernier à Douala, Samuel Eto’o, le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) a reçu mandat de l’assemblée générale de l’instance qu’il dirige de « rechercher à recouvrer tous les créances et avoirs de la Fecafoot, et éventuellement d’engager des poursuites à l’encontre de toutes les personnes auteurs de malversations financières ».

L’assemblée générale de la Fecafoot a également « donné mandat au président de la Fecafoot à l’effet d’investiguer et éventuellement, dénoncer les personnes s’étant approprié les exonérations douanières et fiscales obtenues par la Fecafoot auprès du Minfi à des fins personnelles », apprend-on du communiqué final de l’instance décisionnel de la Fecafoot.

L’assemblée générale de la Fecafoot donne ainsi manda à Samuel Eto’o à la suite de la présentation du rapport d’audit fait par le cabinet Moore Stephens. En avril dernier, ce cabinet avait été recruté pour effectuer un audit comptable et financier, ainsi que celui des ressources humaines et des infrastructures de la Fecafoot. L’opération devait durer 90 jours, pour un coût global de 89 437 500 FCFA. C’est cet audit qui, à en croire une source à la Fecafoot, a révélé des anomalies sur les comptes de l’instance faitière sur les 15 dernières années.

Lors de sa campagne pour briguer le poste de président de la Fecafoot, Samuel Eto’o avait promis d’assainir les finances de l’instance faitière du Football. Une promesse qu’il avait mise en pratique dès ses premiers mois à la Fecafoot. En mai dernier, il avait notamment licencié madame Liliane Ngo Mbog Binyet qui occupait alors le poste de cheffe de département marketing et responsabilité sociétale de la Fecafoot. La dame était soupçonnée « de malversations financières ». Après elle, Samuel Eto’o et son ancien secrétaire général Benjamin Didier Banlock s’était aussi brouillé au sujet d’une histoire dit-on de quelques millions de francs CFA, que l’ancien patron de l’administration de la Fecafoot aurait extorqué à un club évoluant en championnat camerounais. Une information qui n’a jamais été confirmée ni démentie.

 

Essama Aloubou


Articles récents