Afrique football Mohamed Magassouba (Mali) : « L’ensemble de l’équipe est conviée à se mettre en tête qu’on a le même objectif »



Deuxième du groupe F avec 4 points au compteur, le Mali jouera son ultime match face aux Mourabitounes déjà éliminés. A cet effet, Mohamed Magassouba et Hamari Traoré étaient ce matin en conférence de presse d’avant match. Les deux hommes ont répondu aux questions des journalistes présents dans la salle.

Journaliste – Comment va la préparation pour le match contre la Mauritanie ?

Ca se passe très bien, il n’y a pas de problèmes pour le moment.

Journaliste – Vous allez jouer sur la pelouse de Japoma, est ce que vous avez des craintes sur votre intégrité physique ?

Naturellement vous savez que le football, c’est un jeu. Et ce jeu, tout le monde attend à ce qu’il soit un jeu plaisant. Et pour qu’il soit un jeu plaisant, les acteurs du football qui sont les joueurs, doivent être dans les conditions idoines pour pouvoir produire du spectacle. Et parmi les conditions idoines, la pelouse joue un rôle extrêmement important. Tout le monde rêve de jouer sur une belle pelouse pour sauver le jeu, pour permettre aux acteurs de football de développer le jeu. Donc naturellement, l’état de pelouse joue un rôle essentiel sur la performance des joueurs. C’est un facteur important.

Journaliste – Le Mali est pratiquement qualifié pour le prochain tour. Est-ce que vous allez solliciter le banc de touche par rapport à ceux qui n’ont pas eu le temps de jeu ?

Cela fait partie des plans que tout entraîneur a en tête naturellement. Nous sommes une équipe de football et nous comptons sur l’ensemble du groupe et pour le moment, on sait que le Mali a une équipe nationale ici et tout le monde doit se battre. Donc l’ensemble de l’équipe est conviée à se mettre en tête qu’on a le même objectif.

Journaliste –  Hamari Traoré, Comment trouvez-vous cette compétition qui est la CAN ?

Sincèrement en tant que Africain, je suis fier et très content de disputer la CAN. Pour l’instant, ça se passe plutôt bien même s’il y a quelques erreurs comme le cas de la pelouse. Pour l’instant, l’Afrique a fait beaucoup d’efforts. On est plutôt pas mal dans les hôtels, on essaye de faire avec les conditions. Pour l’instant, il n’y a pas beaucoup de problèmes polémiques il y a eu quelques-uns mais c’en est partout. Il faut continuer à améliorer comme ça on pourrait être meilleur dans les compétitions à venir.

Journaliste – Sur cette entame de compétition est ce que les résultats vous surprennent quelque peu ? Par exemple le Sénégal en difficulté pour gagner, l’Algérie également en difficulté dans son groupe. On a vu la Gambie qui surprend aussi.

Vous savez, nous sommes au 21e siècle aujourd’hui et vous savez aussi, je ne vais pas faire d’éloges à la CAF mais je me sens obligé de faire comprendre quelque chose. Au niveau du continent, il y a eu beaucoup d’efforts incommensurables notamment dans le domaine de la formation; ça je le dis en toute connaissance de cause. La CAF a déployé de grands moyens pour mettre à la disposition des techniciens africains, un certain nombre de matériels c’est-à-dire, les instruments qu’il faut pour pouvoir relever le niveau du football en Afrique. La CAF a fait tellement de progrès et celui-ci est sensible dans tous les pays à tel point aujourd’hui on peut dire qu’il n’y a plus de petites équipes.

Journaliste – Hamari Traoré, Est-ce que vous pensez que cette 33e édition peut être l’édition du Mali ?

Aujourd’hui, vous constatez qu’on a une belle génération qui monte, on a un bon groupe. Pour l’instant, on fait de belles choses pour notre pays. Ce n’est pas suffisant, ce n’est pas assez. Il faut qu’on marque l’histoire et on souhaite marquer l’histoire. On est dans une compétition où il y a de grosses nations telles que l’Algérie, le Sénégal, le Maroc. Nous, aujourd’hui on est conscients de ce qu’on peut faire et de ce qu’on peut apporter à notre peuple. On va continuer à avancer match après match pourquoi pas être la surprise de cette CAN. Maintenant c’est à nous de faire ça et de réaliser un bon tournoi.

Propos recueillis par la journaliste, Dounia MESLI, Twitter : https://twitter.com/Mesli_Dounia

 


Articles récents