Afrique football CAN 2021 / Kamou Malo (Burkina-Faso) : «J’ai un groupe capable de jouer n’importe quelle équipe dans cette CAN »



En conférence de presse cet après-midi, avant d’affronter les Aigles de Carthage de la Tunisie samedi à 19h GMT, le sélectionneur du Burkina-Faso, Kamou Malo s’est montré déterminé et confiant. Lecture !

Journaliste – Comment analysez-vous la rencontre de demain ?

Un match qu’il faut absolument gagner pour continuer la compétition. Un match difficile, qui sera très disputé.

Journaliste – Après les évènements qui se sont déroulés dans votre pays, est-ce que vous sentez l’équipe prête à aller jusqu’au bout ?

D’abord pour les évènements, qui se déroulent au pays ce matin, nous avons eu quand-même l’honneur d’avoir notre président au bout de fil, qui nous a prodigués des conseils, des encouragements et nous a rassurés leur disponibilité à nous accompagner jusqu’au bout. Nos ambitions sont claires. Maintenant, c’est un devoir pour nous d’aller jusqu’au bout de cette compétition. Je pense que cela commence déjà par le match de demain où nous allons jouer toute notre chance pour gagner.

Journaliste – Pour cette rencontre, on sait que la Tunisie et le Burkina se sont déjà rencontrés à ce stade de la compétition à savoir 1998 et 2017, quel sera l’état d’esprit de vos joueurs ?

Les statistiques appartiennent au passé, nous avons un présent à faire valoir, nous avons une jeune équipe ambitieuse.

Journaliste – De votre point de vue, qu’est-ce qui aujourd’hui peut sérieusement faire du mal à cette formation tunisienne, qui a gagné en confiance ?

C’est vrai que c’est une équipe très homogène qui n’a pas beaucoup d’individualités, mais qui a un très bon collectif. Ils jouent très bien et défendent très bien, nous le savons déjà. Quant à la détermination, je ne pense pas qu’ils soient plus déterminés que nous. Je pense que j’ai un groupe, capable de jouer n’importe quelle équipe dans cette CAN.

Journaliste – Vous avez marqué à chaque rencontre de cette Coupe d’Afrique des Nations; j’espère que vous êtes satisfait de vos attaquants. Alors qu’elles sont les solutions pour marquer plus ?

Je suis d’accord avec vous que nous avons marqué à chaque match, mais nous n’avons pas été tueurs effectivement devant les buts, surtout au moment où il faut le faire, pour prendre le dessus sur l’adversaire. C’est du à la jeunesse de l’effectif. Parfois ces matchs se jouent, la peur au ventre. Nous sommes en train de corriger cet aspect et surtout, c’est au mental que nous allons réussir à corriger cette situation.

Journaliste – trois rencontres avec la Tunisie, deux victoires pour le Burkina et un match nul. Avec quel esprit vous abordez le match ? C’est déjà une victoire acquise, par rapport à votre passé ?

Je suis désolé, si on devait se fier au passé, depuis le début de cette compétition, on aurait pu déjà attribuer la Coupe parce qu’il y a des gens, qui sont venus ici avec de gros palmarès. Les matchs se suivent mais ne se ressemblent pas. Nous avons affaire à une nouvelle équipe de la Tunisie et pareille pour les Etalons donc, pour moi, je pense que la différence se fera uniquement sur le terrain.

Propos recueillis par Jacques Pekemsi, envoyé spécial d’Africa Top Sports à Garoua

 


Articles récents