Ligue 1 Eric Junior Dina-Ebimbe (DFCO) : « C’est à nous de trouver les solutions »



C’est la mine fermée et triste de la situation, que le milieu de terrain du DFCO – prêté par le PSG – Eric Junior Dina-Ebimbe s’est présenté en conférence de presse. Actuel dernier de Ligue 1, le club de Bourgogne est dans une très mauvaise spirale et cela s’explique notamment par une certaine hétérogénéité du groupe, qui a du mal à jouer ensemble. La réaction du Dijonais, après la défaite 1-0 contre Monaco.

 

 

Africa Top Sports – Comment tu sens l’homogénéité de l’équipe, puisque tu as joué dans d’autres clubs (Le Havre et le PSG). On a l’impression que vous avez du mal à vous “comprendre” sur le terrain, alors qu’on sent une belle ambiance à l’échauffement ?
Eric Junior Dina-Ebimbe – Oui oui effectivement, on va dire que le groupe est en reconstruction. Maintenant ce n’est pas une excuse parce que ça fait 4/5 mois qu’on est ensemble. C’est à nous de nous comprendre, c’est à nous de nous adapter à la situation [du match], parce que l’équipe elle est faite, et on ne va pas la changer. On a commencé comme ça, donc on va terminer comme ça. C’est à nous de trouver les solutions entre nous pour gagner les matches.

Journaliste – Beaucoup de frustration après cette nouvelle défaite à la maison ?
E. J. D.-E. – Oui beaucoup de frustration parce qu’on voulait gagner aujourd’hui, et on n’a pas réussi. On a eu des occasions, mais on ne les a pas concrétisé. J’en ai eu deux, malheureusement pour moi elles ne sont pas rentrées… Tout le monde est frustré, c’est compliqué.

Journaliste – David Linares (coach Dijon) disait qu’il avait ressenti un manque de conviction dans les surfaces de vérité. Est-ce que c’est aussi ton sentiment ? Que devant le but, vous manquez de cette conviction, qui vous permettrait justement de marquer ?
E. J. D.-E. – Je ne pense pas que ça soit un manque de conviction, je pense que c’est la lucidité dans le dernier choix. On est tous déterminés, on est tous dans la même situation, tout le monde veut marquer, tout le monde est convaincu qu’il peut marquer. C’est seulement une question de choix pour moi.

Journaliste – Comment tu expliques ce manque de réalisme ? Parce que vous vous créez beaucoup d’occasions, mais vous avez du mal à les concrétiser ?
E. J. D.-E. – Je pense que je pourrais expliquer ça par le fait qu’on est surpris, peut-être, quand on se retrouve devant le but, et qu’il faut [réfléchir et] la mettre au fond.

 

“Rectifier le tir pour remonter la barre.”

 

Journaliste – C’est un manque de confiance du coup ?
E. J. D.-E. – Oui l’équipe avait déjà remonté la pente ces derniers temps, depuis un certains moment. Je pense qu’on sent offensivement un manque de confiance, c’est à nous de rectifier le tir pour remonter la barre.

Journaliste – Est-ce que l’absence du public vous perturbe ?
E. J. D.-E. – Oui ça joue parce que le public c’est un facteur important. Le public peut tout changer pendant un match et peut-être aussi que le fait qu’il n’y est pas de supporters ça peut jouer aussi sur nos performances.

Journaliste – Sur ton positionnement, tu as été aligné en récupération, puis tu es remonté au fur et à mesure du match. Comment tu t’es senti dans ces deux positions ?
E. J. D.-E. – C’était un poste dans lequel j’avais déjà joué. Je manquais un peu de repères au début du match. Au fil du temps, quand on est en équipe, on commence à gagner en confiance et je me suis senti beaucoup mieux. Je suis passé dans un rôle où j’ai un peu plus l’habitude de jouer sur les côtés. Je ne vais pas dire que je suis satisfait de tout, parce que j’aurai pu marquer deux fois aujourd’hui et je n’ai pas réussi, l’équipe n’a pas gagné, donc je suis mitigé par rapport à ma performance.

Journaliste – Est-ce que tu te sens plus à l’aise dans l’axe, car sur le côté tu as toujours un défenseur, qui t’arrive dessus, c’est peut-être un peu plus compliqué ? Là tu as de l’espace devant toi, et comme tu es un joueur rapide, on te sent plus à l’aise ?
E. J. D.-E. – Oui oui par moment j’étais plus à l’aise, parce que Monaco s’est un peu ouvert en deux [au fil du match], donc c’était un peu plus facile pour moi. Mais après que ça soit sur le côté ou dans l’axe, je n’ai pas de préférence, pour moi c’est la même chose.

 

“On sait de quoi on est capables”

 

Journaliste – Tu sens que le groupe est abattu, par l’enchainement de ces résultats négatifs ici ?
E. J. D.-E. – Non, parce qu’on sait de quoi on est capables. On a fait plutôt des beaux résultats, même si on a gagné que un match [contre Nice]. On sait que c’est encore long, qu’on n’est pas décrochés [du maintien], c’est à nous de continuer à travailler pour aller chercher des victoires et sortir de la zone de relégation.

Journaliste – Est-ce qu’il y a une explication sur le fait que vous n’arrivez pas à marquer ici à Dijon ?
E. J. D.-E. – Je sais pas, je ne peux pas vous donner d’explication, parce qu’on fait tout notre possible pour remporter la victoire, que ça soit à domicile ou à l’extérieur. Je ne pourrais pas vous expliquer pourquoi à domicile on a plus de mal qu’à l’extérieur.

 

“L’état d’esprit du vestiaire à l’entraînement il n’y a pas de soucis. Après je pense que sur les actions c’est des actions qui se jouent sur une ou deux touches de balle, les automatismes ils sont là. Après c’est le manque de réalisme [qui nous fait défaut]. Aujourd’hui je pense qu’on aurait tous un autre discours et une autre analyse si on avait réussi à marquer ce but.”

David Linarès (coach DFCO)

 

Journaliste – Il y a un match contre Nîmes qui arrive très rapidement (mercredi 23 décembre, ndlr). Comment tu sens ce match ? On dirait que vous avez encore pas mal de fraîcheur physiquement. C’est ton sentiment également ?
E. J. D.-E. – Oui oui, après justement ce qu’on se dit entre nous c’est qu’il va falloir qu’on fasse deux périodes équivalentes. Quand on fait une bonne mi-temps, il faut faire une deuxième aussi bonne. Un match c’est 95 minutes, donc il faut garder la constance. Contre Nîmes on n’aura pas le choix, parce que ça sera le dernier match avant la trêve et il sera primordial pour la suite.

Journaliste – Un match capital ?
E. J. D.-E. – Oui parce que je pense que si on gagne contre Nîmes, on est plus décrochés [pour la course au maintien], on revient pas à hauteur de tout le monde, mais dans la bataille. Pour moi on n’est pas décrochés aujourd’hui d’ailleurs. A nous d’aller chercher cette victoire pour continuer notre combat tout simplement.

 

“Tout le monde à conscience de la situation”

 

Journaliste – C’est une source de motivation supplémentaire ?
E. J. D.-E. – Oui je pense que tout le monde à conscience de la situation et malgré la défaite d’aujourd’hui, on est toujours motivés. On fait avec nos armes, on va continuer à bosser, à travailler pour aller gagner à Nîmes, enchainer les victoires en 2021.

 

“C’est un match très important pour le club pour la ville, il n’est pas encore capital, mais contre un concurrent direct. L’inquiétude est née dès les premiers matches, mais j’essaye de créer quelque chose pour que l’équipe puisse s’en sortir. On fait tout aujourd’hui pour sortir de ce mauvais pas et on va s’employer [pour se maintenir] !”

David Linarès (coach DFCO)

 

 

La réaction du coach de Monaco, Niko Kovač :
Victoire difficile ?
Oui parce que après 4 victoires et les 3 défaites qui ont suivi, on devait renouer avec le succès. Il fallait être prêt à se mettre en tenue de combat. C’était important de montrer du caractère et un état d’esprit. Dijon a mis la pression, mais on s’est battu, ce n’était pas notre meilleur match, on ne s’est pas créé les meilleures chances. Le plus important est la victoire !

Défendre, ne pas encaisser de but ?
Pas dans les premières minutes (sourire). C’est important pour la défense et pour le gardien de ne pas prendre de but, d’avoir un clean sheet, on a plus d’opportunités de gagner le match. Kevin [Volland] et Wissam [Ben Yedder] ont bien travaillé ensemble pour l’équipe, et ont marqué le but de la victoire. Et le gardien a fait un bon match, car c’était un match compliqué.

La sortie de Wissam Ben Yedder
Le but était fantastique, il n’y a personne qui sache faire mieux [pour les passes], c’est un vrai bon capitaine. Maintenant il faut se battre chacun les uns pour les autres. Je sais que c’est un attaquant et qu’il doit marquer des buts, mais ce n’est pas le plus important pour moi, c’est la victoire qui l’est. Il a fait une passe décisive.

Vos joueurs ont montré des signes de relâchement, comment vous l’expliquez ? Qu’est-ce qui explique que vous n’avez pas réussi à mettre 2 ou 3 buts de plus ?
Le foot c’est comme la vie, ça arrive d’être moins bien, on a enchainé 3 défaites, elles étaient un petit trop présente dans les têtes. On avait cette mauvaise dynamique dans la tête c’était clair, on était un peu nerveux, le staff aussi, pour moi c’est l’explication de cela [de ne pas avoir marqué plus de buts, malgré les opportunités].

 

Propos recueillis par Dounia Mesli à Dijon




Articles récents