Uncategorised La Chronique de Yves de Fréau : Les 10 qualifiés connus en novembre…les barrages pour 5 pourraient passer

De Freau




Ils étaient près d’une cinquantaine, à amorcer la course menant à la prochaine Coupe du monde, sur le continent africain. Les premières semaines d’octobre, consacrées aux éliminatoires des 3e et 4e journées des qualifications pour ce mondial, venaient  de tirer 2 lauréats pour le dernier tour qualificatif. Autrement dit, les barrages des 10 heureux élus, nommés le Sénégal et le Maroc, se bombent les torses. Et se congratulent ! Nous sommes en 2021, en fin octobre de cette année, un peu plus de 13 mois avant ce que l’on l’appelle Mundial 2022 ! Une fête planétaire à laquelle, Sénégalais et Marocains, connaissent évidemment déjà le parfum et le grand honneur que ça donne. Et c’est parce qu’ils font partie déjà des premiers des poules H et I, le Sénégal et le Maroc, disputeront le troisième tour, en matchs aller-retour. Comme prévu par les règles.

Deux pays africains, le Maroc et le Sénégal, anciens mondialistes, en vieil habit de charme

La vérité, c’est qu’après quatre journées de qualifications en cette zone Afrique, seuls le Sénégal (quart de finaliste à la Coupe du monde 2002) et le Maroc (8e de finale en 1986) sont donc, déjà qualifiés pour ces barrages. Tout en supposant que la Tunisie, le Mali et l’Égypte sont, quant à eux, dans un certain confort. Cependant, le challenge qui a pour terminus, le Qatar, est loin de sa fin, mais continue sur le continent. Les troisième et quatrième journées des éliminatoires achevées le 12 octobre 2021, la situation, s’est éclaircie juste un petit peu. Ainsi, on pointe aujourd’hui, le Sénégal et le Maroc, deux pays, qui ont déjà fait le plus important, en s’assurant la première place de leur poule. Position, qui leur assure de disputer le 3e tour, un match de barrage aller-retour, dont le gagnant sera qualifié pour la Coupe du monde 2022. Voilà pour ces nations, de les soustraire naturellement de toutes les autres, et d’en retenir 2, contre les autres !

Pour les autres, c’est 10 places, pour 5 ! Et il ne serait pas osé de prétendre qu’à part, moins de quatre équipes ont, soit, validé leur ticket pour les barrages ou alors ont creusé un écart important, avant d’entamer les deux dernières journées de cet ultime tour. Même ceci dit, les deux dernières journées promettent des chocs décisifs dans de nombreux groupes. Un mélange de suspens et de garanti, en vérité. Les premiers recalés, résident dans le Groupe A que composent le Niger et Djibouti. Les faits marquants de cette poule, restent l’inexistence de ces deux formations, et qui contrastent avec l’Algérie et le Burkina Faso. Lesquels, après quatre journées, sont co-leaders, à égalité de points en tête du groupe A (10 points). Les « Étalons » tiennent solidement la cadence infernale algérienne, tandis que les champions d’Afrique en titre, se voient…empêchés de décoller. Tout devrait donc, se jouer lors de la 6e journée et le choc entre les deux nations à Alger.

Loin, des insistances des Hommes Intègres, par rapport aux Fennecs, dont ils perturbent la quiétude, au sein du Groupe A le Groupe B dans lequel, est basée la Tunisie, invaincue et bien proche, elle, du troisième tour. Vainqueurs de leurs trois premiers matches, les Aigles de Carthage ont juste perdu l’occasion de se qualifier lors de leur rencontre, face à la Mauritanie. À Nouakchott, les deux équipes se sont quittées sur un score nul et vierge. Ce qui ne devrait pas inquiéter les hommes de Mondher Kebaier. Ils restent bien collés, à la tête de leur groupe avec 10 points, mais sont supposés…sous la menace de la…Guinée Equatoriale (7 points). Cette dernière, qui a eu le sacré mérite de faire un match nul en Zambie (1-1). Et qui, malheureusement est actuellement, sous la menace de la FIFA…

Dans le Groupe C, un ancien mondialiste du nom de Nigeria, face à ces qualifications, doit apprendre à se méfier. De qui donc ? Du Cap-Vert, évidemment. Pour peu que les Super Eagles vont devoir trembler jusqu’au bout, pas par la faute à une défaite surprise face à la Centrafrique lors de la troisième journée (0-1). Mais plutôt du Cap-Vert, sorti dominateur de ses deux confrontations avec le Liberia (1-2, 1-0) et pointent naturellement à la deuxième place du groupe C à seulement deux points du Nigeria qu’ils affronteront en novembre. Le faux pas dont se sont remis les Nigérians, par une victoire convaincante 2 à 0, face aux Centrafricains, lors de la 4e journée, replace les Super Eagles. Pour peu qu’ils tiennent leur destin en mains.

Deux grands, Cameroun et Côte d’Ivoire : un doit tomber forcément !

En ce qui concerne le Groupe D où la Côte d’Ivoire et le Cameroun devront, le moment venu, se départager, les Éléphants qui comptent un point de plus que les Lions Indomptables grâce à leur double victoire face au Malawi, restent toujours en première position. Leur retrouvaille prochaine, a une odeur déjà de poudre. Tout comme au sein du Groupe E où le Mali est devant l’Ouganda en embuscade. Seul il reste en mesure de contester la place qualificative aux Aigles. Les « Grues » ont battu le Rwanda à deux reprises sur le plus petit des scores et ne sont qu’à deux points du Mali, qu’ils affronteront en novembre. Là aussi, ça doit sentir une odeur de poudre…

Pour ses débuts sur le banc de l’équipe égyptienne, Carlos Queiroz et les Pharaons, étaient à la recherche de leur  quatrième qualification à la phase finale, la deuxième d’affilée après avoir pris part au Mondial 2018 en Russie. Tout comme dans leurs deux premières participations (1934 et 1990), l’Egypte n’a pas eu les moyens pour dépasser le premier tour. Mais les Pharaons ont une particularité, celle d’être le premier pays africain à représenter le continent dans une phase finale de Coupe du monde. Après 4 journées de la 2e phase des éliminatoires du Groupe F, leur première place, même si elle ne les envoie pas directement à Qatar, les Pharaons et leur guide, sont sur le chemin. Contrairement au G où deux anciens mondialistes, Afrique du Sud et Ghana, seraient les tout derniers à rire bien !

Les choses, étant cuites dans les Groupes H et I dont les Lions de la Teranga et leurs homologues de l’Atlas, qui ont fait mains basses sur les différents concurrents, c’est sur le J que l’Afrique fixe son regard. Pour les 5e et 6e journées des éliminatoires de cette Coupe du monde, juste avant la dernière ligne droite. Et en son sein, la scène telle que cataloguée, donne que même le dernier peut encore rêver d’une qualification. Autant dire que la Tanzanie, le Bénin, la RDC et Madagascar, vont devoir bien négocier les deux dernière journées. De la première place, la Tanzanie et le Bénin peuvent troquer leur différente position et pourraient se retrouver, aux 3e et 4e places par la RDC ou Madagascar. Finalement, tous les comptes ne seront bons que quand les 5 pays africains, dans leurs couleurs et leur brillance de représentants de tout le continent, auront sorti, de quoi ils sont capables et de quel parfum ils se baument. Vivement les deux dernières journées de l’avant dernière phase !


Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *